Désir d’enfant, infertilité et difficultés…

A la fin du mois de Juin, je te parlais de notre désir d’agrandir notre famille depuis très longtemps déjà, mais comme tout ne se passe pas toujours comme on le prévoit, nous sommes dans une attente interminable. D’ailleurs, bon nombre d’entre-vous sont ou ont été dans la même situation que nous, à savoir l’attente d’un ++.
Comme je l’ai déjà dit dans mon billet précédent, je ne me sens pas tellement prête à consulter un spécialiste, mais j’essaie de faire quand même quelque chose. Depuis un petit moment j’utilise le bracelet Ava dont je te parlerai dans quelques jours. Pour l’instant je te propose de découvrir ses fonctionnalités directement sur le site et sache qu’avec le code MamanChouAva tu auras droit à une jolie remise de 15% .

ava (2)

Pour tous ces couples dans l’attente, on enlève les barrières et on en parle! Voici les témoignages des mamans qui ont souhaité en parler à la fois pour casser ce silence mais aussi pour apporter un peu de compassion aux couples dans cette attente! Merci à elles!

Alexandra

J’ai eu mes premières règles vers 15 ans et ayant des problèmes d’acné on m’a directement mise sous pilule que j’ai prise jusqu’à ce qu’on décide de faire un bébé en 2012.Les mois défilaient pas de règle, pas de grossesse. J’ai rencontré une première gyneco qui en gros me disait que c’était du à mon surpoids, un léger surpoids moi j’y croyais pas trop.
Deuxième gyneco, 2 rendez-vous, il ne m’a même pas ausculté, pas qu’on aime ça quand on y va mais j’étais là pour trouver une réponse à mon problème. Pour lui je venais d’arrêter la pilule: il fallait attendre un an minimum avant que ça se remette en marche. Je me suis donc dis: c’est pas normal de dire ça sans test sans auscultation et j’étais tellement pressée d’être maman que j’ai recherché de nouveau un gyneco.
Troisième gyneco, ça a changé ma vie. Elle m’a enfin fait faire des prises de sang, des tests à mon mari et à moi. On a enfin trouvé mon mal: des problèmes d’ovulation. J’ai donc été mise sous traitement pour avoir mes règles. En 2 mois j’étais enceinte, petite puce s’est installée pour notre plus grand bonheur. Après mon accouchement j’ai du reprendre 2 mois la pilule et on s’est dit vu qu’on avait mis du temps pour avoir notre fille on laisserai faire la nature et en 2 ans et demi j’ai eu 5 fois mes règles normalement. Mais pas de bébé en vue pour le moment.

Témoignage anonyme

Pour mes 2 enfants aucun problème de fertilité, des grossesses rapides. Puis cette envie de petit troisième rapidement, j’ai donc eu à peine le temps de reprendre une contraception que je l’ai arrêtée, mon fils avais alors 3 mois. Les mois défilent pas de règles… Chouette peut-être suis je enceinte mais non… Me voila arriver à presque un an d’essai sans grossesse.
Je vois mon gyneco qui me dit que j’ai des kystes sur les ovaires, il ne veux pas m’aider plus que ça à part me donner un traitement pour avoir mes règles…
Second gyneco,endocrinologue cette fois-ci car les OPK donne une mauvaise assimilation de l’insuline et un régime + un médicament (comme ceux que prennent certains diabétiques) aide à tomber enceinte. Or, je n’arrive pas à maigrir, c’est un cercle vicieux, l’absence de grossesse et les problèmes font que j’en suis incapable. Puis finalement je teste encore une gynécologue, une autre, un autre avis et celle-ci décide de m’aider en me prescrivant un autre traitement. Après un mois de tâtonnement et une surveillance pour voir si il n’y avait pas d’hyper-stimulation (je voulais pas non plus des triplés ) me voilà partie pour 5 mois supplémentaires sous traitement… Me voilà a surveiller mes ovulations chaque mois en espérant obtenir ce fameux ++. Au bout du 5eme mois de traitement, ne voyant ni mes règles arriver ni rien du tout je fais un test limite par automatisme car à chaque fin de cycle quand on essai à tout prix d’être enceinte on dégaine facilement les tests de grossesses! (merci les test à 1 euros … ) et c’est ce fameux test à 1 euros qui a affiché une seconde barre, c’était un 1er Mai et je m’en souviens comme si c’était hier, ce ++ là il a été bien plus fort que les autres, pas que j’aime plus ma fille que mes autres enfants mais ce ++, cette grossesse, je me suis battue, j’ai pleuré presque chaque mois, j’ai subi les grossesses des autres et là enfin il était là après 18 mois de galères!
Ma princesse est née le 26 décembre en pleine santé un peu comme un cadeau de Noel, notre cadeau.
Si je devais rajouter quelque chose à mon témoignage pour ma grossesse c’est que je me suis sentie seule entre les commentaires « mais tu y penses trop » « mais tu as déjà des enfants » etc… Mon mari qui n’était pas forcement méga chaud pour cette grossesse (alors qu’il est gaga de sa fille, qui, ironie du sort est son portrait craché !!) Bref un sentiment de détresse et de solitude et d’incompréhension totale …

Celyne

Nous avons essayé pendant deux ans avant de consulter et de faire tous les examens. Nous avons fais une ICSI pour avoir notre loulou. On m’a injecté deux embryons mais un seul a tenu. Mais elle a pris du premier coup, on a eu beaucoup de chance.

Témoignage anonyme

J’ai en fait toujours eu des cycles hyper irréguliers depuis mes premières règles à l’âge de 12 ans. Des cycles allant de 32 à 76 jours. Je savais donc qu’il y avait un problème mais J’ai pas cherché à comprendre jusqu’au jour où les essais bébé ont débutés.
Le désir d’enfant c’est pas simple tu le sais quand ça marche pas. On a été les premiers à se marier et on a vu 8 couples d’amis attendre un bébé avant nous. Pas évident pour le moral même si on était heureux pour eux. Côté examens on a tout fait : spermogrammes pour monsieur et pour Moi prises de sang, échographie, test de huhner , hystérosalpingographie… et il s’est avéré que le problème venait de Moi. Trop de follicules donc pas d’ovulation.
On a donc commencé la PMA. « Juste » par une stimulation ovarienne pour moi et donc rapports à la maison… j’insiste sur le « juste » parce qu’au final c’est le moins médicalisé mais je crois que c’est le protocole le plus dur dans la PMA. 13 Mois …. de rapports programmés… Ça met ton couple à l’épreuve ! Je commençais mon traitement puis au 10ème jour je commençais les contrôles écho / prise de sang à l’hôpital tous les deux matins. Quand les follicules étaient assez mûrs pour l’ovulation. On me disait de déclencher l’ovulation à l’aide d’une injection et on me disait quels jours et à quelle heure avoir nos rapports, pas toujours évident, assez mécanique et forcément source certaines fois de conflits.
Et puis en mai 2016 j’ai perdu mon oncle, ça a été traumatisant. J’ai eu 10 jours de troubles intestinaux, de tremblements… mon corps avait du mal à se remettre du choc. J’avais été en ovulation quelques jours avant on avait déjà eu nos rapports mais forcément ça n’avait pas marché. Mais les dernières paroles de mon oncle puisque javais été la dernière à lui parler étaient justement autour de la PMA et mon envie/besoin d’enfant.
Et …. je suis tombée enceinte le mois suivant, le 15/06/2016.

Sophie

Bonjour ,je me présente Sophie âgée de 27 ans … Bientôt 28 ans dans 2 mois, je ne pensais pas me dire ça ,qu’à 28 ans toujours pas de bébé…
Je pensais bien avant et non la nature en a décidé autrement.
Ça fait maintenant 2 ans que j’ai fait ma fausse couche et que nous sommes en essai bébé. Nous avons fait des examens et rien à signaler tout va bien des 2 côtés. Juste le chéri part en déplacement à la semaine donc pas facile de tomber au bon moment.
Depuis le mois de Mai j’ai commencé les stimulations simples ce qui implique des piqûres d’un dosage précis du deuxième jour du cycle jusqu’au septième jours avec écho plus prise de sang pour voir comment ça évolue et ensuite piqûres différentes qui déclenchent l’ovulation.
Le premier cycle on a dû arrêter car trop de follicules, ce que je ne comprends pas , (car pour moi le fait de faire ces stimulation c’est bien d’aider le corps à produire plus de follicules… Vous n’êtes pas d’accord avec moi ? mais bon je ne suis pas médecin… Ce que m’a dit ma gynéco c’est que c’était trop dangereux et je pouvais me retrouver avec des sextuplés), mais bon passons du coup arrêt.
Cycle suivant je n’ai pas eu le même gynéco donc pas top car il ne savait pas trop et ne savait pas apparemment si j’avais déjà ovulé ou pas mais j’ai été jusqu’au bout avec l’autre piqûre, avec pleins de symptômes de grossesse dû à la piqûre qu’il faut faire vers le dixième jour pour déclencher l’ovulation mais rien, ça n’a pas fonctionné. Et là le troisième cycle, j’attends mes prochaine règles en Août car en Juillet j’ai raté la date et n’étant pas disponible cette fois-ci avec ma gynéco qui m’a dit de l’appeler dès qu’elles arriveront​ et qui m’a demandé des nouvelles.
Là je suis au bout, oui 3 ans (ma fausse couche je l’ai faite 1 an après les premiers essais) mais il a fallu du temps à mon corps de se remettre en route avec toute les pilules différentes que j’ai prise c’est pas si long, y a pire. Mais pour moi, en voyant d’autres grossesses, des bébés partout, plus de moral, le stress… et tous le monde me dit « arrête d’y penser et ça viendra » mais pas facile surtout avec les stimulations c’est obligé d’y penser.
Si des futures mamans ou mamans en essai veulent en parler et se soutenir, ça fait du bien de ne pas se sentir seule. Merci à celles qui liront. Et bon courage à vous toutes.

Daisy

Après la naissance de bébé 2 j’en ai rapidement voulu un troisième pour avoir deux enfants rapprochés (mes deux enfants ayant un grand écart d’âge) et en février 2012 j’ai fait une fausse couche. Depuis je ne prends plus aucun contraceptif mais la nature ne se décide pas à nous donner ce petit dernier. Par contre je ne suivrai pas de traitement pour avoir ce bébé. Je suis très heureuse avec mes deux garçons en très bonne santé.

A savoir également que pour un ++ rapide lorsque aucun problème médical n’est connu, il faut savoir connaître son corps et ses cycles afin de trouver le bon moment. Je fais partie de la catégorie: incapable de savoir où je me situe dans mon cycle… D’ailleurs, j’ai toujours utilisé une application pour suivre tout ça, bon ça n’a pas toujours été un franc succès je l’avoue… D’ailleurs pour toutes ces femmes, Ava est peut-être la solution puisqu’en effet le bracelet aide tout simplement à suivre son cycle et pour l’instant ça a l’air de fonctionner ici. Je t’en dirai bien plus dans mon prochain billet.

En attendant, je suis rassurée de ne pas être la seule à ne pas m’en sortir avec tout ça! Voilà d’autres témoignages, cette fois-ci sur les méthodes utilisées pour le suivi du cycle.

Agnès est tombée enceinte après 18 mois d’essai, n’est pas du tout pour la méthode traditionnelle de la prise de température.

Il aura fallu que Chéri soit en arrêt maladie 4 jours pour qu’on trouve un moment au bon moment, surtout que je suis incapable de dire ma période d’ovulation et la prise de températures ou autre très peu pour moi trop contraignant. Après ayant un cycle assez régulier je considère que mon ovulation a lieu au 14e jour, ce qui n’est peut-être pas forcément vrai, et on essaie, dans la mesure du possible, car entre la fatigue ou n’être pas chez nous…

Daisy, maman de deux grands garçons

J’utilise juste une application sur Android mais comme je n’ai pas de cycle régulier (de 26 à 40 jours) c’est pas très efficace pour ma part.

Témoignage anonyme

En ce qui concerne les méthodes pour surveiller son ovulation j’ai TOUT essayé! Les courbes mais honnêtement le coté glamour le matin de se mettre un thermomètre dans le derrière moyen bof !! puis trop contraignant quand on a des enfants et peu fiable si on se lève beaucoup la nuit! Donc j’ai stoppé !
J’ai une application mobile où je rentre mes rapports avec mon mari et mes ovulations, pour mes ovulations je calcule par rapport a la longueur de mon cycle sous traitement c’est assez simple .. puis je fais des tests d ovulation bandelettes, que je couple avec un test d’ovulation digital pour confirmer cela annonce une ovulation dans les 24 à 36 h donc go go go les câlins !! Pour chaque bébés (4 grossesses) un câlin le jour de l’ovu et le lendemain (ce sont les jours de fertilité maximale) ça a toujours fonctionné …je n’ai jamais eu de vrai symptômes d’ovulation mais on peut se fier à la glaire cervicale ou blanc d’œuf qui annonce l’ovulation.

 

Laisser un commentaire prend moins de temps que de lire un article.
Laisser un commentaire permet au blog de vivre.
Il ne faut pas hésiter!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :