Mon monde s’est effondré…

J’ai besoin de mettre des mots sur ce qu’il vient de se passer et rapidement… Il faut que je trouve le courage et la force de retrouver mon rôle de maman et de femme.

Je viens de vivre cette chose qui « n’arrive qu’aux autres » et ça me fait un mal de chien, je n’ai jamais été aussi démunie et malheureuse.

Je n’ai pas l’habitude de m’exprimer sur des sentiments ou des choses personnelles, le comble pour une blogueuse, mais cet article va aussi me permettre de ne plus jamais avoir à en parler et faire mon deuil paisiblement…

Il y a quelques semaines, après 23 mois d’attente ce petit plus si attendu est enfin apparu, la joie d’accueillir un nouveau petit bout’chou à la maison était enfin là! La folie des rendez-vous est alors arrivée, les galères de la grossesse également. Je ne me souviens pas avoir été aussi malade pour Ninie: une perte de poids assez flagrante, une fatigue assomante… Puis ces moments de joies intimes avec les annonces à nos proches (j’allais d’ailleurs bientôt l’annoncer ici), le repérage des achats à faire, les « imagine, et si » …

Puis tout s’est effondré, le coup de massue est tombé, un énorme retard de croissance et un petit cœur qui n’arrive pas à fonctionner… Des décisions à prendre rapidement et seule. Rien n’était censé se passer comme ça… J’ai d’abord commencé par ne pas réaliser quand on m’a expliqué ce qu’il se passait, puis j’ai compris et je me suis effondrée en plein milieu de l’hôpital, je ne me rappelle pas avoir autant pleuré, tremblé un jour…

Il a ensuite fallu tout expliquer à Papa Chou, qui a compris tout seul, pas besoin de mot entre nous deux. Je pensais qu’en lui disant je me sentirais mieux, mais rien n’y fait… Je m’endors avec mes larmes, je me réveille avec mes larmes. Je n’arrive pas à faire face à toutes les questions que l’on peut me poser, je ne l’ai même pas annoncé à la plupart des personnes qui nous entourent, c’est lui qui s’en charge.

Je n’aurais pas ce plaisir de préparer une jolie chambre, de me battre avec Papa Chou pour un prénom, de choisir de petits vêtements, de sentir ce petit bout’chou bouger et tout ces petits rituels qui font la magie de l’évènement…

Et maintenant il faut réussir à reprendre le dessus même si la ronde des rendez-vous n’est pas finie. Il va maintenant falloir vérifier que tout s’est bien passé d’un point de vue physique. Pour le psychologique c’est une autre histoire, heureusement mes deux choux sont là …

56 commentaires pour “Mon monde s’est effondré…

  1. Plein de courage à toi.. C’est si simple à dire mais un miracle peut arriver..
    Même si aujourd’hui tu n’y crois pas et tu ne le vois pas..

    Milles pensées..

  2. Oh ma belle 🙁 pour avoir vécu ce genre de chose (mais rien n’est comparable et surtout pas l histoire et le ressenti de chacun) j’imagine de loin ce que tu peux traverser et j ai juste envie de te faire un énorme câlin virtuel parce que les mots n’y peuvent pas grand chose. Que c’est dur quand on a déjà prévu la suite avec ce petit être en devenir, quand il faut y renoncer. Si je n’ai qu’un conseil c’est : parles en après tout ça, ou pendant selon ce que tu penses être le mieux pour toi. Ne gardes pas la douleur, c’est pire après (je me suis effondrée 6 mois apres ma seconde interruption de grossesse, écho avec cœur arrêté à 12 SA et sur le coup j’ai juste voulu tout ravaler et ça te rattrape apres) mais surtout prends soin de toi et fais comme TOI tu le sens. Je t’embrasse…

    1. Merci Celine <3
      Je ne savais pas que tu avais traversé ça... Je pense que pour chaque personne s'est différent.
      J'ai ravalé, je n'ai pas réagi, puis j'ai fini par m'écrouler au milieu de l’hôpital, puis à la maison... Je veux avancer, j'en ai parlé ça m'a fait un peu de bien. Je ne veux plus avoir à en parler, je veux juste essayer de passer à autre chose.

      1. Oui, 3 FC entre 10 et 12 SA et une à 5 SA donc précoce… Pour avoir Sarah on a mis 2 ans et 3 FC et Noémie 1 an avec 1 FC. C’est toujours un peu douloureux pour moi et j’ai vécu mes grossesses dans le stress jusqu’au bout. Mais le vécu de chacun est différent, et au final on a deux magnifiques (et épuisantes lol) petites beautés 😉 J’espère que tout ça sera bientôt derrière vous… En attendant de gros bisous !

  3. coucou je te souhaite plein de courage.
    Si tu veux parler, je suis là, j’ai vécu une situation similaire à toi il y a 10ans quand mon ange s’est envolé à 8 mois de grossesse.

    Bisous ma belle.

  4. J’ai jamais trop su trouvé les bons mots dans ces situation mais je suis de tout coeur avec toi, vous <3 je n'ose même pas imaginé ta douleur. Je te souhaite plein de courage et espère de tout coeur que ce petit 2eme viendra comblé votre famille au plus vite <3 <3 <3 bon courage

  5. Bonjour Mamanchou,
    Je n’ai pas l’habitude de lire ce genre d’articles, je suis tombée là un peu par hasard, et ta détresse m’a touché. En même temps qui cela peut ne pas toucher? Je n’ose même pas imaginer la douleur. Je ne connais pas ton histoire, je ne sais pas quoi dire pour ne pas dire de bêtises, de choses banales.
    Plein de courage, Papachou est avec toi, au moins tu n’es pas seule.

    1. Je n’ai moi-même pas l’habitude d’écrire ce genre de billet personnel, mais là, j’en avais besoin, merci d’avoir pris le temps de me lire et de me laisser un petit mot.

  6. Courage je comprends très bien ce que tu ressent pour l’avoir vécue, je pensais jamais m’en remettre…..puis un cycle plus tard surprise de nouveau un petit plus….. Ce petit plus aujourd’hui s’appelle Lise et du coup ce petit « plus » a complètement bouleversé ma vie….bisous

  7. Je te souhaite beaucoup de courage…j’imagine ce que tu dois ressentir, j’ai vécu le même drame le monde s’est alors effondré, je pensai ne jamais m’en remettre puis le cycle suivant un petit plus est à nouveau réapparu sur le test de grossesse, ce petit plus s’appelle aujourd’hui Lise, c’est le plus beau cadeau de la vie…
    Bises

  8. C’est toujours difficile de lire ça … ce que je vais dire ne changera rien, et tu l’entendras des centaines de fois certainement … je suis désolée … et même si je ne peux imaginer la dureté de cette situation, pour n’avoir cessé d’avoir peur jusqu’à l’écho morpho m’annonçant que tout allait bien (la faute à plusieurs traitements pour des soucis de santé, que j’ai décidé de continuer pendant la grossesse, car impossible de faire sans), j’en ai fait une dépression tellement je redoutais une possible malformation, donc je pense que j’aurais été dévastée si ça avait été le cas, mais qui ne le serait pas ? Je pense qu’on ne peut jamais se « préparer » à ça de toutes façons. Je n’ai pas de conseils à donner, cette situation m’étant inconnue, mais je me permets juste de te dire de ne pas t’enfermer dans ta souffrance surtout, et ne pas hésiter à en parler, avec Papa Chou, même si parfois il est difficile de se comprendre car chacun est avec sa douleur et on ne comprend par forcément l’autre qui la vit et l’exprime différemment (je pense qu’une épreuve telle que celle-ci peut abîmer le couple, par manque de communication notamment, alors même si ça prend du temps ou que c’est compliqué au début, c’est méga important de rester souder, de puiser sa force dans l’amour du couple, et familial quand on a des enfants, pour surmonter ça), mais aussi avec une tierce personne, pourquoi pas un professionnel. D’en parler sur ton blog est une bonne chose je pense, mettre des mots sur nos maux est souvent plus simple par écrit, mais c’est déjà libérateur, et à défaut de pouvoir être comprise, se sentir écoutée ou lue fait beaucoup de bien =)

    1. Je n’étais absolument pas préparée à « ça ». Pour moi la grossesse avec ce petit plus reste un monde de bisounours et de licornes à paillettes, j’ai vite été ramenée sur terre malheureusement…
      Écrire m’a fait du bien, avec Papa Chou nous sommes ultra soudés, on est un peu des ovnis et cette épreuve ne fait que nous rapprocher encore plus et avec Ninie il faut réussir à être d’attaque rapidement…
      Merci à toi pour ton message <3

  9. J’ai vécu tout ce que vous venez de décrire : cette joie cet espoir qui laisse place brutalement à un grand vide et à une énorme tristesse
    Tout ce que j’ai pu entendre n’arrivait pas à me consoler…
    Mais je ne pouvais pas flancher ma fille était entrain de faire ses premiers pas … Elle avait besoin de moi
    Et puis le temps passe et rend la douleur un petit moins forte et surtout l’espoir revient
    Avec un peu moins d’insouciance quand même mais surtout recentrée sur l’essentiel
    Aujourd’hui ma puce a deux petits frères turbulents arrivés coup sur coup à 16 mois d’écart en 2010 et 2012
    Et nous sommes d’heureux parents de trois enfants qui garde une pensée forte pour un petite étoile passée dans notre vie en 2009.
    Plein de pensées courage
    Ac

  10. Beaucoup de courage… J’ai vécu cela deux fois l’an dernier… Une Petite Lueur partie à 6 SA en Mars et une autre Petite Lueur partie à presque 12 SA en Août… C’est très difficile moralement…
    L’incompréhension surtout après deux enfants qu’on n’a eu aucune difficulté à avoir… Un an après toujours aucune nouvelle grossesse en vue et on se console avec la pensée qu’on n’a pas vécu non plus une autre « fausse-couche » (qu’il est moche ce terme)

    <3

  11. Je suis de tout coeur avec moi pardonnes moi de te tutoyer j’ai vécu la même chose et peux comprendre tout à fait ton ressenti, ton désarroi saches juste si tu as besoin….ne rajouterai rien juste un bisou

  12. 🙁
    quelle tristesse de découvrir ce que tu as vécu…épreuve difficile que nous avons traversé en perdant notre 1ère puce à 23 sa….ceci date de plus de 7 ans, et a beaucoup renforcé notre couple face à ce deuil.
    je te souhaite plein de courage , ainsi qu’à papa chou….et un rapide +++ où tout se passera bien.

  13. J’ai les larmes aux yeux en lisant ton article, et la chair de poule.
    Je sais qu’aucun mot ne pourra soulager des maux, le temps fera le nécessaire pour estomper la douleur et la peine, mais tu n’oublieras jamais.
    C’est tellement injuste, on se dit toujours que ça nous n’arrivera jamais… mais chaque grossesse est différente et ne tient qu’à un fil.
    Ici aussi on essaye de faire le bébé n°2 sans en parler autour de nous car ça m’énerve d’entendre « c’est pour quand le deuxième ? » ou alors « on pensait que tu allais nous annoncer une bonne nouvelle parce que vous avez achetez une maison/une plus grande voiture »…. Ces personnes ne savent pas la peine qu’on a en découvrant à chaque cycle que non ce n’est pas pour cette fois ci…
    Je t’envoie tout mon courage et ma force.

    1. Ces questions sont pesantes à force… Ça fait des mois qu’on nous la pose, je me dis que cette fois-ci plus personne ne me demandera…
      Je suis tout à fait d’accord avec toi, personne ne peux se mettre à notre place à chaque cycle déception ou encore quand on a deux jours de retard pour finalement un test négatif…

  14. Je viens de découvrir ton joli blog et cet article si bien écrit qui m’a renvoyé à ce que j’ai vécu…
    Le gynéco m’avait dit : ça arrive au moins 1 fois à la plupart des femmes…! (il avait le chic pour redonner le moral)
    Il y’a un seul mot à retenir, c’est le temps oui le temps est le seul qui guérit doucement….
    Alors plein de courage pour cette douloureuse période de ta vie qui sera qu’un mauvais souvenir quand bébé 2 pointera enfin le bout de son nez.

  15. C’est avec beaucoup d’émotion que je lis cette page.
    Ecrire ça fait beaucoup de bien, ça permet d’évacuer.
    C’est peut être mieux de l’avoir su suffisamment tôt…mais ta peine, ta tristesse sont compréhensibles.
    Ma soeur a fait 3 fausses couches d’affilée, et a donné naissance récemment à une jolie crevette, alors qu’elle n’y croyait plus.
    Je te souhaite beaucoup de courage dans cette épreuve de la vie. PATIENCE ce mot qui est difficile mais porteur de tant d’espoir.

  16. Oh je suis tellement désolée pour toi, ça me fait vraiment mal de te lire. J’arrive à la traîne et ces quelques mots n’ont sans doute pas grande valeur pour toi mais je t’envoie toute ma compassion et mon soutien.

  17. Coucou, j’ai hésité longuement avant d’écrire ici. J’espère que tu vas mieux et que tu as réussi a passé a autre chose. Je sais que tu n’as pas oublié ce n’est pas possible. Je pense souvent à ce bébé qui n’est pas avec nous car il était mal placé, a l’opération pour la geu et la cicatrice que je garde. Souvent je me demande comment ce bébé aurait été. Mais je dis aussi contente d’avoir mes 4 enfants et bébé 2,5 ( oui il n’a pas gardé de vrai numéro mais c’est sa place entre Miss L et Mini J) reste un souvenir. J’y pense souvent et pourtant je ne savais pas que j’étais enceinte on avait donc même pas eu les premiers instant de notre a effacer.
    Bon courage et bonne continuation.

    1. Merci pour ton message 🙂
      Je reprends le dessus, ça a été très difficile je l’avoue. J’ai pensé que je n’arriverais pas à me relever, mais ça va. De toute façon je n’ai pas franchement le choix, j’ai ma puce qui compte sur moi.
      Ça me fait surtout mal quand je pense à ce petit bout je n’aurais pas dans quelques semaines.
      En tout cas je te vole ton idée très jolie pour moi ce petit bout sera mon 1,5 à partir de maintenant.
      Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :