Les Chroniques de Papa Chou #14: Ok Google, je lui dis quoi à ma fille là ?

TOTOROMa petite fille commence vraiment à faire de nombreux progrès, on ne se lasse pas de
découvrir chaque jour de nouvelles aptitudes et autres prises de conscience de soi et du monde
qui l’entoure. Si le terrible Two est source de nombreuses frustrations, c’est aussi
un aperçu des bons moments qui nous attendent, la connexion s’établit de plus en
plus et il n’y a rien de mieux sur terre que ses mimiques et ses fous rires et les instants où elle
passe du « ça ça » au « Ya pu Ptisuisse ?!! ».

Avec cette vision très candide et sincère du monde, impossible de ne pas être à la
fois touché et encore plus conscient de la beauté et la fragilité de l’enfance.

Et puis il y a quelques jours, après avoir vu le Roi Lion 3 fois d’affilées, elle me
dit « Simba Papa dodo » et voyant Simba pleurer  » Oh le pauvre  » …
Sur le coup c’était vraiment mignon, mais très vite je me suis dit, mais comment on
va faire face à toutes CES questions ?
L’enfance est justement si belle et fragile, comment aborder ces sujets qui fâchent
sans tout gâcher ?
C’est un peu tôt peut-être, et pourtant ben Mufasa il se relève pas alors la
prochaine fois qu’on va lui dire papa dodo, si elle fait un de ces liens légendaires
ça risque de coincer …

(De toutes façons un dessin animé de chez Disney, c’est sans pitié et brutal, pour
que le héros avance, il faut sacrifier quelqu’un … peut-être font-ils justement ça
pour préparer leur public favori, les enfants, à la suite … Je m’égare un peu mais
on retrouve quand même des chutes mortelles, des gens dévorés, des balles dans le
buffet, pendu, écrabouillé … maintenant ils te poussent au suicide via les
refrains qui rendent fous  » libérée, délivréééé… « ) Enfin bref beaucoup en ont déjà parlé je vous laisse savourer les différents tops ten des morts made in Disney.
BAMBI
Non il faut trouver autre chose, elle me disait quoi ma mère ?
Si je creuse dans ma mémoire et il faut une sacré pelle parce que c’est enterré
profond, je me rappelle que ma mère me disait qu’on  » montait au ciel « , ensuite on
devenait une étoile. Et comme tous les enfants je demandais combien il y avait
d’étoiles dans le ciel.
Du coup ça donnerait ça :

 » Viens maman on compte les étoiles « 
 » Mais il y en a trop « 
 » pleins, des centaines ? « 
 » non des milliards « 
 » mais, ça fait combien de morts par jour ça ? « 
 » non euh… en fait… Tu veux un cacolac fait maison ? « 
 » ouiiiiiiiiiiiii « 
(ça le chocolat froid je m’en souviens bien )

CALM GOOGLE
Bon, on va faire comme dans la pub alors :

Ok Google, c’est quoi la mort ?
La mort est un concept qualifiant l’état d’un organisme biologique ayant cessé de
vivre . Cet état se caractérise par une rupture définitive dans la cohérence des
processus vitaux (nutrition, respiration…) nécessaires au maintien homéostatique de
l’organisme considéré, ce qui distingue la mort d’une altération temporaire comme
dans le cas de l’hibernation ou certaines congélations.
Tu vois ma fille tout s’explique 🙂

La fois dernière on lui sert un poisson pané.
– Miam-Miam
– Oui c’est du poisson
– Tsson !
Et là … elle se met à fixer l’aquarium et imiter le poisson …
heureusement qu’on lui a dit c’est du jambon et pas du cochon la dernière fois
qu’elle a mangé un croque. Et dire qu’elle adore jouer avec des poules …

Ok Google, comment obtient-on notre viande ?
Un abattoir est un bâtiment industriel dans lequel les animaux sont abattus pour la
consommation et la boucherie…
Tu vois ma fille tout s’explique google n’a aucun tact ni aucun humour …
Y’a pas marqué Chappie sur mon front

CHAPPIE

Comme dirait Patrick :

Alors maintenant, on s’retrouve sur la route,
Avec nos peurs, nos angoisses et nos doutes.

De plus, doit-on envisager que s’inquiéter pour les enfants les feront s’inquiéter pour nous plus encore. Si vous êtes un peu nostalgique de l’époque où l’on parlait correctement et avec entrain à la radio cliquez ici :

On nous conte dans Mensonge d’enfant (F.Autiéro – A.Montagnard 1930) que les enfants souffrent du mensonge et de ce qu’il implique en terme d’inquiétude et de « prise sur soi » lorsque c’est la mère (ou le père) qui ment pour « son bien ». L’enfant va mentir à son tour et on s’emmêle dans une spirale de mauvaises actions de bonne volonté.
L’enfer est pavé de bonnes intentions. Haha tu t’améliores Google !.. Mais, tu m’espionnes ou quoi , je t’ai rien demandé ? Je suis partout et on ne peut jamais m’atteindre, oui j’ai toujours su que les technologies apportaient de nouveaux horizons…

Si on ment, à moins d’être assez fort, on dégage quelque chose de négatif, une mélancolie ou une certaine inquiétude comme un sourire désespéré, et l’enfant va se l’interpréter à sa façon, et de l’imagination ils en ont les enfants et si l’on ajoute la tendance humaine à tout ramener à soi, il a vite fait de penser que c’est de sa faute …

MENSONGE
Alors on fait quoi ?
On la protège, en la blindant?
On la maintient dans une bulle?
On la blinde à l’intérieur d’une bulle?
On la laisse faire complètement?
On lui dit la vérité en chinois?

Ok, ok, j’essaye une dernière fois ok Google je fais quoi?
Il y a deux personnes absolument indispensables en ce bas monde. La sage-femme et le fossoyeur. L’une accueille, l’autre accompagne. Entre les deux, les gens se débrouillent.
Ben écoute Google, merci, on va attendre Cortana du coup parce que Siri m’a répondu : « Êtes-vous sérieux, surtout avec des questions venant de la part d’un type qui ne sait même que la pizzeria la plus proche est en face de chez lui ? »

N’en revient-on pas à cette recherche d’équilibre et de maintien, cette notion de
bonheur dépendante du niveau de conscience de la réalité qui nous entoure et de comment on l’interprète, ce que l’on en fait ?
On ne se pose jamais la question une fois corrompu mais quand on a un enfant, on aimerait qu’il reste dans cet état d’innocence le plus longtemps possible, vous avez rit quand la dernière fois qu’une araignée s’est dérobée à votre toucher ? Elle en rit à chaque fois …

Comment pourrions nous induire une progression logique des mécanismes naturels du monde dans son esprit et sa sensibilité, sans rupture brutale ou sans déformer la réalité ?

Et pourquoi ne pas la laisser aller toute seule du concret à l’abstrait, on va pas non plus se laisser aller au spoiler. Je ne sais pas moi, si une abeille savait que la lune de miel existait, se donnerait-elle tant de mal ?
Mince c’est vraiment pas évident cette affaire…
Faites-vous confiance.

failure
Mais vous avez vu le nombre de questions qu’il y a dans cette chronique ?

One thought on “Les Chroniques de Papa Chou #14: Ok Google, je lui dis quoi à ma fille là ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :